Faire de la coopération volontaire dans le Nord du Canada

Faire de la coopération volontaire dans le Nord du Canada

Jana Kasparova est une coopérante-volontaire à Tuktoyaktuk. Depuis 2016, elle contribue au programme d’apprentissage en ligne de l’école Mangilaluk, dans le but d’y augmenter le taux de diplomation.

Comme bien des coopérants-volontaires de Cuso International qui s’aventurent dans les Territoires du Nord Ouest, Jana Kasparova était complètement fascinée par le Nord et les grands espaces.

Jana a quitté sa République tchèque natale à l’été 2016 pour venir s’installer au Canada. Il n’a pas fallu longtemps à cette grande voyageuse et ancienne prof d’anglais pour quitter son emploi dans un camion de cuisine de rue, à Toronto, dans le but de faire de la coopération volontaire avec Cuso International. Sa destination : Tuktoyaktuk. Sa mission : travailler comme monitrice d’apprentissage en ligne.

« Le premier matin après mon arrivée, j’ai vu des aurores boréales, explique Jana. Il faut du temps pour s’acclimater aux longues périodes de noirceur, mais les aurores boréales sont notre récompense. Ça vaut la peine! »

Le programme d’apprentissage en ligne de l’école Mangilaluk augmente les chances que les étudiants fassent des études collégiales ou universitaires. Avant que ce programme ne soit mis en place, seulement un ou deux étudiants sur 200 choisissaient de poursuivre leurs études après le secondaire.

Maintenant, entre quatre et cinq jeunes prennent cette voie, et de plus en plus d’étudiants envisagent la possibilité de faire des études postsecondaires. Cela veut donc dire que plus de diplômés pourront retourner dans leur communauté, riches de nouvelles compétences.

Avec son expérience en enseignement et sa passion pour la communication sous toutes ses formes (art oratoire, beaux-arts, artisanat, théâtre, photographie, etc.), Jana a tout de suite saisi la possibilité de s’impliquer dans la communauté au-delà du programme d’apprentissage en ligne. Elle a commencé à donner un coup de main dans d’autres classes de l’école, de même dans les activités parascolaires, comme la bibliothèque et l’art plastique.

Peu de temps après, elle a fondé un club de photographie. Elle a demandé une subvention gouvernementale pour le club et a commencé à enseigner les rudiments de la photographie à ses étudiants. Les participants ont rapidement eu la possibilité de se mesurer à leurs pairs du Nord du pays lors de la compétition régionale annuelle de Compétences Canada. Pendant cette compétition de deux jours, qui s’est tenue à Yellowknife, des jeunes se sont réunis pour comparer leurs savoir-faire dans différents domaines, de la cuisine à la couture en passant par les corps de métier.

Carmen Kuptana, qui a obtenu la deuxième place au concours de photos cette année, insiste sur le fait que c’est grâce à Jana si elle s’intéresse de plus en plus à la photographie. « Je prenais constamment des photos avec mon iPod quand j’étais jeune. Ça m’aidait à me souvenir de ce qui m’arrivait et à montrer comment je me sentais », explique-t-elle.

La formation et l’équipement de meilleure qualité fourni dans le cadre du club de Jana ont permis à Carmen d’aller plus loin.   « On a de meilleurs appareils et j’ai appris ce qui fait une bonne photo et comment les modifier », raconte-t-elle.

Voir ses photos comparées à celles des autres concurrents l’a rendue un peu nerveuse, mais montrer ses œuvres a aussi été une grande source d’accomplissement, de gratification et de fierté pour Carmen.

Carmen, qui prévoit faire des études postsecondaires à Calgary, voudrait d’abord voyager avec ses amies pour voir le pays. Bien sûr, elle utilisera ses compétences nouvellement acquises grâce à Jana et à Cuso International pour documenter son voyage.

Cliquez ici pour obtenir plus d’information sur les projets de Cuso International dans les communautés autochtones canadiennes.

Nous vous invitons à faire un don à Cuso International pour envoyer d’autres coopérants-volontaires comme Jana dans les communautés où leur présence fera toute la différence du monde.