Refill Not Landfill : Boire Intelligemment

Dans le Sud du Laos, de nombreuses micro, petites et moyennes entreprises réduisent la consommation de plastique. Comment? En vendant des bouteilles d’eau réutilisables arborant leur logo et en installant des stations de remplissage gratuit dans leurs commerces. L’initiative Refill Not Landfill n’est pas seulement une bonne chose pour l’environnement, mais aussi pour les affaires.

« Bien des entreprises ont constaté une augmentation de leur achalandage en lien avec leurs stations de remplissage et le support marketing connexe. Plus de 169 bouteilles réutilisables en aluminium au logo des entreprises ont été vendues dans le Sud du Laos », explique Vivekan Jeyagaran, coopérant-volontaire de Cuso International qui a donné un coup de main à Swisscontact, le partenaire de Cuso sur le terrain, et à des entreprises locales.

Au cours des 5 premiers mois de l’initiative, les entreprises participantes ont évité la consommation d’environ 200 000 bouteilles d’eau.

« Nous avons vu des Laotiens, des étrangers et des voyageurs acheter des bouteilles réutilisables, souligne Siripoin, gérante du Delta Coffee, à Paksé. C’est mieux pour l’environnement de réduire la consommation de plastique. Je suis très heureuse des résultats et de voir que les gens viennent remplir leur bouteille. »

Au Laos, comme ailleurs dans le monde, la population essaie de réduire sa consommation de plastique à usage unique. On estime que plus de 100 millions de bouteilles jetables ont été consommées par des voyageurs dans ce pays d’Asie du Sud-Est en 2018.

Vivekan Jeyagaran

« Bien des touristes cherchent des bouteilles réutilisables et, plus important encore, des stations de remplissage, que ce soit pour des raisons environnementales ou économiques, explique Vivekan. Refill Not Landfill réduit la consommation de plastique et aide les petites et moyennes entreprises à s’adapter aux nouvelles habitudes des consommateurs. »

Et ce changement se répercute ailleurs. En participant à Refill Not Landfill, Siriporn a pris conscience de la quantité de sacs de plastique qu’elle accumulait en allant au marché. « Les vendeurs utilisent des sacs de plastique même pour les petits achats. J’ai décidé de refuser leurs sacs. Je mets tout dans un grand sac. »

Le projet Refill Not Landfill est dirigé par Cuso et Swisscontact, en collaboration avec le ministère du Tourisme du Sud du Laos, des chambres de commerce et des entrepreneurs.

« Le secteur privé et, surtout, le secteur public ont pris conscience de l’importance de la réduction de la consommation de plastique à usage unique et de ses conséquences sur l’économie touristique au Laos, souligne Vivekan. D’autres ministères provinciaux ont démontré leur volonté d’étendre le projet Refill Not Landfill à leur province. De plus, le ministère laotien a fait part de son intérêt dans cette initiative prometteuse. »

Vivekan a passé 12 mois au Laos comme coopérant-volontaire. Il était alors conseiller en entrepreneuriat touristique. Ce jeune homme de 25 ans originaire du Sri Lanka vit à Markham, en Ontario. Il est bachelier en administration des affaires de l’Université de Toronto.