María, une héroïne des temps modernes

María, une héroïne des temps modernes

Le Vénézuéla connaît le plus grand exode de réfugiés de l’histoire latino-américaine. On estime que près de 1,7 million de Vénézuéliens ont trouvé refuge en Colombie. La situation est particulièrement inquiétante pour les femmes qui cherchent à traverser la frontière illégalement, mettant du même coup leur vie en danger. Comme María Alejandra Batista, une femme dans la trentaine qui a dû fuir son pays pour assurer la survie de ses deux filles.

Après avoir lâché un coup de fil à sa grand-mère maternelle, María a pris une décision difficile : ressembler ses maigres possessions et entreprendre un voyage de trois jours avec ses deux filles pour aller la rejoindre en Colombie. Elle n’avait plus le choix. Elle devait protéger ses filles de la faim et de son mari violent. « J’étais rassurée par le fait qu’un membre de ma famille nous attendait à l’arrivée », souligne María.

Cette coiffeuse de formation espérait pouvoir trouver du travail pour nourrir sa famille. Ayant toujours été dépendante de son mari sur le plan financier, María était angoissée et intimidée par le marché de l’emploi. D’autant plus que la concurrence est féroce dans le milieu de la coiffure en Colombie. « Les secteurs économiques les plus touchés par la COVID-19 sont l’industrie des services et de l’alimentation, le tourisme et la vente au détail. En d’autres mots, les secteurs où les migrants tentent de trouver du travail », explique Alejandro Matos, directeur du bureau national de Cuso International en Colombie.

María a réussi à se trouver un emploi à temps partiel comme coiffeuse, en plus de faire des ménages et de travailler comme commis dans une station-service, où elle fait le quart de nuit entre 20 h et 4 h. Bien qu’heureuse de pouvoir travailler, María était consciente de l’importance de se trouver un emploi stable pour subvenir adéquatement aux besoins de ses filles.

En réponse à la crise des réfugiés et au taux de chômage endémique, le projet colombien de possibilités de consolidation de la paix et d’emplois durables (projet SCOPE) de Cuso offre des formations professionnelles et entrepreneuriales aux populations vulnérables (jeunes, femmes, victimes de conflits, Colombiens de retour au pays et migrants vénézuéliens) dans huit villes colombiennes. Des femmes comme María ont donc la possibilité de se former dans des secteurs en manque de travailleurs, comme les télécommunications et le secteur hospitalier. « En collaborant avec des agences de placement et des partenaires locaux, le projet donne accès à des emplois stables et bien payés aux migrants et aux membres de la communauté d’accueil, souligne Alejandro. Bien des entreprises découvrent le talent des migrants et ce qu’elles peuvent faire pour contribuer à l’indépendance financière de leurs travailleurs et à la prospérité de leur communauté. »

María n’a qu’une chose à dire aux femmes victimes de violence conjugale : « il est possible de surmonter l’adversité et la douleur. Les femmes doivent devenir des héroïnes et inspirer leurs petites filles. Je suis fière d’être une héroïne pour mes deux filles. »