L’espoir d’un avenir meilleur commence par l’éducation

Aider les enfants à réaliser leur plein potentiel aux fins fonds du Cambodge.

On estime que 15 à 20 % des enfants cambodgiens n’ont jamais fréquenté l’école. Malheureusement, ce nombre est encore plus élevé parmi les minorités de la région éloignée de Ratanakiri, une province située au nord-est du Cambodge. Ici, la plupart des familles vivent dans une extrême pauvreté. De plus, les enfants doivent souvent travailler aux champs ou s’occuper de leurs frères et sœurs.

Pour briser le cercle vicieux de la pauvreté, la clé est de permettre aux enfants de fréquenter l’école. C’est exactement ce qui a amené Anna Wills, une coopérante-volontaire de Cuso International, au Cambodge.

Anna, une enseignante canadienne, est venue à Ratanakiri pour travailler avec le Bureau provincial de l’éducation du gouvernement cambodgien afin que tous les enfants aient accès à l’éducation. Dans le cadre de son mandat, Anna a travaillé avec des parents, des leaders de la communauté, des enseignants et des étudiants dans le but d’améliorer le système d’éducation de la province.

Anna a notamment aidé à mettre sur pied des conseils étudiants. Comme les écoles manquent de personnel, le gouvernement cambodgien exige la création de conseils étudiants ayant pour mission de participer à différentes tâches, comme l’entretien de l’école et de la cour de récréation.

Au début, Anna s’occupait de presque toutes les tâches, notamment d’organiser les conseils étudiants et de former les élèves afin qu’ils puissent ramasser les déchets, nettoyer les salles de toilette et assurer la discipline. Devant les retombées positives de leurs actions, les élèves ont commencé à assumer plus de responsabilités, comme supervision la plantation et l’arrosage d’un potager dans la cour d’école. « Les élèves se sentaient de plus en plus fiers d’eux-mêmes et conscients de leur propre valeur. Ils réalisaient qu’ils pouvaient faire une différence réelle dans leur école et leur communauté », explique Anna.

De plus, Anna a travaillé en étroite collaboration avec les enseignants et les directeurs d’école afin de leur permettre d’acquérir les compétences et les outils nécessaires pour créer des conseils étudiants et former les élèves qui y participent.

Aujourd’hui, grâce aux efforts de Cuso International, du gouvernement cambodgien et des élèves, des enseignants et des parents de Ratanakiri, un nombre croissant d’enfants sont inscrits à l’école. En fait, des milliers d’enfants de plus apprennent désormais à lire et à écrire. Comme le dit si bien Anne, « l’espoir d’un avenir meilleur commence par l’éducation ».

 

Faire un don pour nous aider à envoyer d’autres coopérants-volontaires sur le terrain