Des médecins éthiopiens sauvent un garçon atteint de la malaria

Medina et Abdulalem Mathair fêtent le rétablissement de leur dernier-né, le petit Abdulalem.

Le garçonnet de 12 mois a reçu les bons soins des médecins d’un hôpital général rural éthiopien. Ses parents l’y avaient amené après avoir constaté que quelque chose ne tournait pas rond. Il pleurait sans cesse, était fiévreux et ne pouvait rien avaler.

Ses parents l’ont donc amené à l’hôpital sans tarder. Les médecins leur ont alors confirmé qu’il avait la malaria, une maladie transmise par les moustiques qui peut s’avérer mortelle.

Le taux de mortalité des mères et des enfants des pays en développement est beaucoup plus élevé qu’au Canada. En 2017, c’est estimée que 5,4 millions d’enfants de moins de 5 ans ont perdu la vie, dont près de la moitié en Afrique subsaharienne.

Dr Zerihun Chala, le directeur médical délégué de l’hôpital, a commencé à faire appel à des coopérants-volontaires de Cuso International deux ans plus tôt. Son objectif : renforcer les capacités du personnel soignant de son hôpital afin de guérir et de sauver encore plus de gens, particulièrement chez les femmes et les enfants.

Dre Faith Paterson, qui a fait de la coopération volontaire au sein de l’équipe de pédiatrie, est l’une des nombreuses personnes ayant partagé leurs précieuses compétences avec les partenaires de Cuso International. Elle a d’ailleurs collaboré intimement avec ses collègues éthiopiens, en plus de leur offrir du mentorat et de la formation sur les procédures et les outils médicaux.

Les parents d’Abdulalem observèrent d’un œil attentif la médication faire effet de minute en minute. Ils étaient rayonnants, et extrêmement reconnaissants du diagnostic et des soins rapides offerts par les médecins. Quel bonheur de voir leur petit trésor reprendre du mieux!

Nous vous invitons à faire un don à Cuso International pour nous aider à envoyer encore plus de coopérants-volontaires spécialisés dans le domaine de la santé sur le terrain afin qu’ils offrent des soins essentiels aux plus démunis.