Là où les générations se rencontrent

L’Éthiopie, pays enclavé le plus peuplé du monde, est située au cœur de la Corne de l’Afrique. Avec une population de près de 95 millions d’habitants, augmentant de plusieurs millions chaque année, l’Éthiopie est confrontée à une grande disparité entre son peuple et ses services essentiels.

Eyerusalem Tessera a quitté l’Éthiopie à un jeune âge pour immigrer au Canada. Elle voulait poursuivre ses études de maîtrise en santé publique et avoir l’occasion de travailler dans le domaine des services de santé. À mesure que sa carrière progressait, Eyerusalem ressentait le besoin de retourner en Éthiopie à titre professionnel. « J’ai des liens très solides ici », dit-elle.

En 2012, Eyerusalem a entrepris une affectation de six mois à titre de coopérante-volontaire de la diaspora avec Cuso International. Elle s’est rendue à Addis-Ababa pour travailler avec la Professional Alliance for Development (PADet), une organisation qui offre des programmes communautaires essentiels en santé sexuelle et reproductive, en sécurité alimentaire, et en prévention et traitement du VIH/SIDA.

En tant qu’administratrice de services de santé, Eyerusalem a travaillé à organiser les efforts, à surveiller les programmes, et à veiller à ce que les ressources soient mobilisées et distribuées afin de fournir les soins de première ligne au plus grand nombre de personnes possible.

« Les ONG locales en Éthiopie sont très restreintes en ce qui concerne le montant de financement qu’elles reçoivent, » explique Eyerusalem. « Le problème c’est que la plus grande partie de ce montant est réservée au dernier centime. »

Pour PADet, cela signifie que le financement était attribué en grande partie aux efforts sur le terrain, laissant peu de place dans le budget pour les frais administratifs, l’approvisionnement, la formation et les augmentations de salaire des employés. Par conséquent, PADet a dû faire face à certains défis quant à la croissance organisationnelle et à la rétention de travailleurs compétents. Eyerusalem était chargée de déterminer les façons dont l’organisation pourrait relever ces défis.

À la fin de son affectation, Eyerusalem a rédigé un document sur la mobilisation des ressources dans le but d’aider PADet à recueillir davantage de dons, ainsi que de matériel de recrutement et de formation pour aider à attirer des diplômés universitaires et, en même temps, à renforcer les capacités.

Tout au long de son séjour, Eyerusalem a rendu de nombreuses visites aux bureaux des régions rurales, là où les besoins sont les plus pressants. C’est là où elle a pu constater l’impact direct de ses efforts sur les populations locales. « Je peux voir ma grand-mère dans ce contexte, » déclare Eyerusalem. « Je peux y observer la contribution de mon travail. C’est très enrichissant. »

FAIRE UN DON POUR NOUS AIDER À ENVOYER D’AUTRES COOPÉRANTS-VOLONTAIRES SUR LE TERRAIN