Faire appel au théâtre pour sortir les jeunes salvadoriens de la rue

Faire appel au théâtre pour sortir les jeunes salvadoriens de la rue

Pour Rosa Cruz, être coopérante-volontaire à Suchitoto, une petite ville située à près de 30 km de San Salvador, c’est un peu revenir à la maison, puisqu’elle y a travaillé alors qu’elle avait à peine 18 ans. Son retour ravive ses souvenirs de cette ville, celle d’avant le climat d’instabilité et d’insécurité, qui lui a fait quitter son pays pour le Canada.

Aujourd’hui, elle peut constater qu’il reste beaucoup à faire, malgré les progrès importants. Malheureusement, les gangs de rue continuent d’empoisonner la vie des communautés. Ces gangs sont bien organisés et cherchent constamment à recruter des jeunes. « Je comprends la situation de ces jeunes, et je veux les aider », explique Rosa.

Pour y arriver, elle s’est engagée pour une affectation de six mois comme coopérante-volontaire de Cuso International, auprès d’Es Artes, au Salvador. Es Artes est une compagnie de théâtre offrant de la formation technique aux jeunes afin qu’ils améliorent leur estime de soi, se fassent entendre et acquièrent de nouvelles compétences. « Nous leur offrons un environnement sécuritaire où passer du temps et acquérir de nouvelles compétences, ce qui leur redonne espoir en l’avenir et les empêche de se retrouver dans la rue », ajoute-t-elle.

En faisant du théâtre, les jeunes découvrent des possibilités nouvelles, qu’ils n’auraient jamais pu imaginer, explique Rosa. Ils sont souvent embauchés par des entreprises pour faire du théâtre éducatif en milieu de travail.

Cuso International, en partenariat avec le Stratford Shakespeare Festival, a donné un solide coup de main au projet Es Artes en y envoyant, au cours des cinq dernières années, plus de 40 coopérants-volontaires partager leurs compétences techniques en art et en théâtre. Si Rosa n’est pas comédienne, elle n’en est pas moins passionnée de justice sociale et déterminée à aider les jeunes et les enfants salvadoriens. En compagnie d’autres coopérants-volontaires, elle s’affaire à renforcer les capacités organisationnelles de l’organisme et à consolider les compétences de son conseil d’administration et de son personnel en matière de collecte de fonds, de gestion financière, de marketing, de communication et de gouvernance.

« Faire de la coopération volontaire humanise et solidifie les relations entre le Nord et le Sud, » constate Rosa. « Nous devons encourager la solidarité et l’amitié entre les peuples si nous voulons bâtir un monde meilleur. Nous devons célébrer la diversité et être plus tolérants. »

FAIRE UN DON POUR NOUS AIDER À ENVOYER D’AUTRES COOPÉRANTS-VOLONTAIRES SUR LE TERRAIN