Donner la parole aux laissés-pour-compte

Donner la parole aux laissés-pour-compte

Promouvoir la démocratie et les droits de la personne à Lima, au Pérou.

Même si le conflit armé qui a dévasté le Pérou est terminé depuis plusieurs années, ses effets se font encore sentir un peu partout au pays. À Lima, la métropole tentaculaire du Pérou, la pauvreté sévit plus que jamais et les inégalités sociales continuent à faire de la vie de millions de ses résidents un véritable enfer.

Alanna MacNevin, une coopérante-volontaire de Cuso International, est arrivée à Lima déterminée à utiliser le pouvoir des médias pour apporter un peu de lumière dans toute cette grisaille.

Alanna, une bibliothécaire canadienne doublée d’une véritable fan de la radio communautaire, travaille à l’Institut de défense légale (IDL), un média indépendant ayant pour mission de lutter contre la corruption et de promouvoir la démocratie et les droits de la personne.

L’IDL publie un magazine mensuel, diffuse une émission de radio quotidienne et dirige un groupe phare de journalistes d’enquête qui publie ses contenus multiplateformes sur le Web. L’IDL s’intéresse particulièrement à tout ce qui touche à l’éthique, à l’égalité homme-femme et aux droits de la personne.

« Les médias sont l’un des moyens les plus efficaces pour sensibiliser les gens aux droits de la personne. Et plus de gens sont au courant et se sentent concernés par les droits de la personne, plus ils sont à même de défendre leurs droits et de promouvoir la justice », explique Gerardo Saravia, le codirecteur du magazine mensuel de l’IDL.

Le mandat d’Alanna consiste à introduire de nouvelles technologies de l’information et des communications à l’IDL et à trouver des moyens d’améliorer la qualité et la conception de son magazine en ligne sur les droits de la personne.

« Assurer une forte présence sur le Web permettra à l’IDL d’atteindre un public plus large et plus jeune, de susciter plus d’intérêt, de partager des solutions et d’unir nos voix pour avoir un plus grand impact », explique Alanna. Mais ce n’est que la première étape! Alanna offrira également de la formation aux employés d’IDL sur les nouveaux outils et les nouvelles méthodes de travail qu’elle aura mis en place. De cette façon, l’organisme pourra poursuivre le travail qu’elle a entrepris bien après son retour au Canada.

« J’ai toujours aimé les médias indépendants, car ils donnent la chance aux laissés-pour-compte de se faire entendre et de participer à des débats constructifs, explique Alanna. Il est essentiel de consolider les médias indépendants pour assurer la démocratie. C’est ce à quoi nous nous employons. »

 

Faire un don pour nous aider à envoyer d’autres coopérants-volontaires sur le terrain