L’Union fait la force: le partenariat Umoja unit les sages-femmes canadiennes et tanzaniennes

Pays Tanzanie
Secteur d’intervention

Quand les sages-femmes canadiennes Anne Wilson, Emmanuelle Hébert, Deborah Bonser et Katrina Kilroy arrivent en Tanzanie, leurs partenaires locales les attendent les bras ouverts, avec des colliers traditionnels en cadeau.

L’Association canadienne des sages-femmes (ACSF) et la Tanzania Midwives Association (TAMA) collaborent depuis plus de sept ans. Elles ont baptisé leur partenariat Umoja (unité, en swahili).

“Dès notre première rencontre, nous sommes devenues amies. On a commencé à rire ensemble et à discuter des enjeux d’intérêt commun,” se souvient Sebalda Leshabari, une membre tanzanienne du comité directeur du partenariat.

Les deux associations se sont réunies à Bagamoyo, à quelques heures au nord de Dar es Salaam, dans le cadre du projet « Les Sages-femmes sauvent des vies », une initiative mise en œuvre par Cuso International en collaboration avec l’ACSF, afin de développer les objectifs du partenariat pour l’avenir.

L’atelier de trois jours a donné aux sages-femmes l’occasion de s’échanger des nouvelles, de fêter leurs succès et de discuter du travail accompli sur le terrain en Tanzanie. La rencontre a renforcé un des volets clés du projet Les Sages-femmes sauvent des vies — l’appui aux organisations qui tentent de renforcer leurs capacités de plaidoyer, et de gestion, afin de contribuer aux changements durables qui améliorent la santé sexuelle et reproductive des filles et des femmes.

“Nous nous sommes mises ensemble avec Cuso International pour passer à des choses plus grandes,” dit Anne. “Nous croyons qu’à travers le renforcement des capacités de nos associations, les sages-femmes sont mieux soutenues, plus compétentes et plus visibles dans les communautés qu’elles desservent. Pour nous, le renforcement des associations est un élément essentiel de tout le travail qu’on fait avec nos partenaires internationaux.”

La Confédération internationale des sages-femmes a jumelé l’ACSF et TAMA pour la première fois en 2011, dans le cadre d’une initiative de jumelage Nord-Sud pour faciliter le partage des compétences et des meilleures pratiques.

“La Confédération a décidé qu’on ferait un bon duo, parce qu’à l’époque, les deux associations étaient relativement jeunes et rendues à des étapes similaires dans notre développement,” se souvient Anne.

Le partenariat a mené à plusieurs demandes de subvention réussies, dont une qui a permis la création du module de formation MEST (Midwife Emergency Skills Training, programme de formation en compétences d’urgence). La formation MEST, développée par les deux associations, a été donnée depuis à 1040 sages-femmes tanzaniennes. Grâce à cette formation, la qualité des soins offerts à des mères qui ont dû faire face à des complications pendant l’accouchement s’est grandement améliorée.

TAMA a également pu embaucher des employés à temps plein pour la première fois et subventionner des sages-femmes récemment retraitées afin qu’elles retournent travailler dans des zones rurales peu desservies. Grâce à l’offre élargie de formation continue, TAMA a même accueilli plus de membres au sein de l’association.

“Je suis très fière de ce partenariat parce que nous sommes amies, nous travaillons ensemble et nous avons eu beaucoup de succès ensemble,” conclut Sebalda. “Nous pouvons parler d’une seule voix pour aider encore davantage de mères et de bébés en Tanzanie.”

Le projet Les Sages-femmes sauvent des vies est une initiative de quatre ans qui couvre le Bénin, la RDC, l’Éthiopie et la Tanzanie. Mené par Cuso International en partenariat avec l’Association canadienne des sages-femmes et des associations des sages-femmes locales, le projet contribue à la réduction des décès maternels et périnataux en renforçant l’offre et la
demande des services de santé et la capacité des associations des sages-femmes. Le projet Les Sages-femmes sauvent des vies est financé par le gouvernement du Canada par l’entremise d’Affaires Mondiales Canada.