Une randonnée qui change le monde : mission accomplie!

Les randonneurs de Cuso International atteignant la Porte du soleil de Machu Picchu.

Par Eileen Melnick-McCarthy
Cuso International, Directrice, Communication et Marketing

Mes premières pensées furent : « Je suis trop vieille pour ça », « Je n’ai pas vraiment le sens de l’aventure » et « C’est le genre de chose que j’aurais pu faire dans la vingtaine, ou du moins quand j’avais 20 ans de moins ». Mais j’ai finalement fait le grand saut, car je rêvais de visiter le Pérou depuis toujours. Mes excuses se sont envolées encore plus rapidement quand j’ai découvert que l’objectif de ce voyage était de faire connaître une cause qui me tient vraiment à cœur. J’avais une occasion unique de faire une randonnée hors du commun au profit de Cuso International. Résultat : je viens d’escalader le Machu Picchu avec 11 intrépides Canadiens. Des participants d’un groupe britannique de Charity Challenge effectuant leur propre collecte de fonds se sont joints à nous. Les 46 km de sentiers et nos quatre jours de marche nous ont donné à voir des paysages à couper le souffle. Je n’avais jamais rien vu d’aussi beau de toute ma vie!

Grâce à la générosité de centaines de donateurs et au travail acharné de notre groupe de marcheurs, nous avons réussi à atteindre un objectif extraordinaire, et ce, bien avant de lacer nos bottes de marche… Nous sommes parvenus à amasser plus de 35 000 $ pour financer la mission et les programmes de lutte contre la pauvreté de Cuso International!

Les randonneurs de Cuso International visitant le petit village de Pongobamba, où des femmes ont créé une coopérative écotouristique et fabriquent des choses extraordinaires, dont de magnifiques textiles.

Nous avons marché pour recueillir des fonds et faire connaître un organisme qui fait un travail remarquable en Amérique du Sud. Depuis près de 60 ans, Cuso International pose des gestes concrets pour y réduire les inégalités, grâce à des programmes conçus et exécutés de concert avec ses partenaires locaux. Ensemble, ils ont aidé des milliers de personnes. Notre groupe de marcheurs a d’ailleurs eu la chance de rencontrer certaines des personnes qui bénéficient de ces programmes. Nous avons notamment visité le Centro de Bartolome de las Casas (CBC), à qui Cuso International offre de l’assistance technique dans le secteur du tourisme durable. Nous avons découvert l’impact de leurs efforts pour transformer les attitudes à l’égard du tourisme durable et améliorer le bien-être socioéconomique des communautés autochtones de la région.

Après notre passage au CBC, nous avons passé le reste de la journée à nous acclimater à la haute altitude et à découvrir la ville de Cusco. Cette ancienne capitale de l’Empire inca, reconnue pour ses vestiges archéologiques et son architecture coloniale, compte environ 350 000 habitants.

Notre première journée de randonnée a commencé dans la lointaine et rarement visitée vallée de Lares. Nous sommes très chanceux, car cette alternative à la très fréquentée piste des Incas sort complètement des sentiers battus. Nous avons ainsi pu contempler des paysages aussi diversifiés que spectaculaires, ainsi que le mode de vie traditionnel péruvien préservé jusqu’à ce jour. Nous avons traversé de magnifiques vallées et rencontré des éleveurs andins vêtus de ponchos traditionnels multicolores en train de guider leurs troupeaux de lamas et d’alpagas.

Notre passage aux eaux thermales de Lares a commencé notre ascension en douceur. Cette première journée (et nos quatre heures et demie de randonnée) nous a menés jusqu’au petit village de Cuncani, où nous avons campé. Le jour suivant, nous avons poursuivi notre route, constamment ponctuée de moments d’émerveillement, dont la vue imprenable sur de sublimes lacs glaciaires d’un bleu éclatant. Nous marchions au moins six heures par jour, avec une petite pause-repas (et pieds!) le midi.

Les randonneurs de Cuso International profitant de la vue à couper le souffle sur la vallée de Lares.

Nous étions bien organisés pour le coucher, mais de toute façon, je crois bien que j’aurais dormi dans n’importe quelles conditions après nos longues journées de randonnée!

Nous avons finalement atteint la cité perdue de Machu Picchu le quatrième jour de notre ascension, le 1 novembre très exactement.

C’est tout simplement spectaculaire! Et je ne pouvais m’empêcher de me demander ce que les architectes de ce lieu mythique auraient pensé en nous voyant. Les habitants de cette cité avaient peut-être trouvé refuge dans cet endroit retiré des Andes, mais la beauté des lieux n’est pas restée secrète. Des millions de personnes ont eu la chance de l’admirer, et nous en faisons partie! Je vous confirme également qu’il s’agit d’un des plus beaux et des plus intrigants sites archéologiques de la planète.

Merci à toutes les personnes qui m’ont aidée à réaliser mon rêve. Votre soutien moral et financier m’a permis d’atteindre mon objectif. Je n’y serais pas parvenue sans vous.

P.S. Se sentir inspiré? Rejoignez-nous sur notre Trek 2020! Pour plus d’informations : https://cusointernational.org/fr/defi/