NOTRE OBJECTIF

Autonomiser les femmes et les filles

Nous bâtissons des communautés plus inclusives pour les femmes et les filles en misant sur l’autonomisation, l’équité et un environnement favorable à leur épanouissement.

Lorsque les femmes et les filles peuvent s’épanouir, tout le monde en profite

L’égalité homme-femme et l’inclusion sociale ne sont pas uniquement des droits fondamentaux, ce sont aussi les éléments essentiels de la lutte à la pauvreté et aux inégalités. Quand les femmes et les filles ont des chances égales de participer à la société, c’est toute leur communauté qui en profite. C’est pourquoi nous nous attaquons aux obstacles sociaux, culturels et économiques qui empêchent les femmes et les filles de s’épanouir et de prospérer.

Pourquoi les femmes et les filles sont-elles si importantes?

0M+

de filles risquent de subir des mutilations génitales féminines. Cette extrême violation de leurs droits touche plus de 200 millions de filles et de femmes à travers le monde. Nous collaborons avec des chefs de village et des organismes de femmes du Nord du Bénin pour aider les survivantes, éduquer les communautés et mettre fin à ces mutilations.

0 femme sur 3

subira de la violence sexiste au cours de sa vie. Nous collaborons avec des partenaires de 12 pays afin de promouvoir les droits des femmes et des filles et les politiques de défense de leurs droits et de mobiliser les communautés pour mettre fin à la violence sexiste.

0%

de la mortalité maternelle a lieu dans les pays en développement. À travers le monde, pas moins de 800 femmes meurent chaque jour de causes évitables liées à la grossesse ou à l’accouchement. Nous collaborons avec des organismes de santé pour faciliter l’accès à des soins de santé maternelle, néonatale et infantile de qualité.

Des projets qui fonctionnent

Nos projets s’alignent sur les trois objectifs de la Politique canadienne d’aide internationale féministe. Ces objectifs sont : améliorer la protection et la promotion des droits fondamentaux des femmes et des filles; contribuer à une participation accrue des femmes et des filles à la prise de décisions; et donner aux femmes et aux filles un accès et un contrôle plus équitables en ce qui concerne les ressources dont elles ont besoin pour assurer une égalité sociale et économique.

Aider les villages camerounais à réagir à la COVID-19

Ce projet d’intervention rapide en sol camerounais vise les femmes, qui sont traditionnellement moins exposées à l’information et qui, en raison de leurs va-et-vient à l’extérieur à la recherche de nourriture, sont plus à risque de contracter la COVID-19. Cuso travaille avec des centres d’autonomisation des femmes, le personnel de la santé, des stations de radio et des écoles pour minimiser les risques et sensibiliser la population aux risques.

Autonomiser les entrepreneures au Honduras

Les femmes et les autres groupes vulnérables rencontrent plus d’obstacles et subissent plus de discrimination sur le marché du travail. Cuso s’associe avec des communautés et des organisations des secteurs privé et public pour offrir de la formation en création d’entreprises, des cours sur l’embauche inclusive et des ateliers sur l’instauration d’un milieu plus accueillant pour les femmes en affaires.

S’attaquer à la pauvreté grâce à l’engagement canadien

Notre vision d’un monde exempt de pauvreté implique la contribution de tout le monde. Nos coopérants-volontaires hautement qualifiés travaillent de concert avec des organismes de pays en développement afin d’apporter des changements concrets et durables sur le terrain. Notre projet SHARE, qui vise principalement à promouvoir l’égalité entre les sexes, a pour objectif d’atteindre 1,8 million de personnes au cours des 7 prochaines années (2020-2027) au Bénin, au Cameroun, en Colombie, en Éthiopie, au Honduras, en Jamaïque, au Nigeria, au Pérou, en République démocratique du Congo et en Tanzanie. Nous enverrons des coopérants-volontaires canadiens aider nos partenaires locaux à faire avancer les Objectifs de développement stratégique.

Éliminer les obstacles à la scolarisation des filles en Éthiopie

Si le nombre d’Éthiopiennes qui fréquentent le primaire a plus que doublé depuis 20 ans, plus de la moitié des fillettes n’ont toujours pas accès aux bancs d’école. Par la suite, les adolescentes ne dépassent généralement pas la 2e secondaire en milieu rural et la 4e secondaire en milieu urbain. Seulement 27 % des élèves postsecondaires sont des filles. Nous travaillons en partenariat avec l’Institute of International Education pour faire en sorte que toutes les filles fréquentent l’école. Au cours des cinq prochaines années (2020-2025), nous contribuerons au renforcement des compétences générales, sociales et scolaires des adolescentes, y compris de celles vivant avec un handicap. Nous consoliderons également les capacités du personnel et de la direction des établissements d’enseignement afin qu’ils offrent une éducation de qualité sensible aux disparités entre les sexes. L’objectif ultime : augmenter l’inscription des filles aux études postsecondaires.

Mettre fin aux mutilations génitales féminines au Bénin

Au Bénin, la loi interdit les mutilations génitales féminines depuis 2003. Par contre, cette pratique demeure extrêmement courante dans bien des régions rurales. Nous collaborons avec des villages pour sensibiliser les gens, aider les fillettes et les survivantes et mobiliser la population pour mettre fin à cette pratique cruelle. Nous misons également sur l’éducation des hommes et des garçons aux relations saines.

Cuso International tient à souligner le précieux soutien financier du gouvernement du Canada.

Canada Logo

Investir dans les femmes et les filles

Votre contribution permet de promouvoir l’égalité entre les sexes et de mettre de l’avant des solutions durables et équitables pour éliminer la pauvreté à travers le monde. Vous êtes le point de départ d’un avenir inclusif!